Armelle Kraffmüller
Hypnose, Coaching en développement personnel et professionnel à Rueil-Malmaison
Armelle Kraffmüller
Hypnose, Coaching en développement personnel et professionnel à Rueil-Malmaison

Métaphores

 

 ‘La métaphore est un moyen qui permet d’apporter de nouvelles significations à la conscience’, Milton Ericsson. ‘La pensée métaphorique est un cadeau sacré. La pensée rationnelle est une fidèle servante. Cependant, l’imagination est plus importante que la connaissance’, Albert Einstein. 

La métaphore est une comparaison dissimulée : le sens propre s’adresse à la raison et le sens figuré à l’inconscient. Aussi, quand le sujet est bloqué dans des stratégies conscientes qui entretiennent et nourrissent la difficulté et bloquent la résolution de son problème, la métaphore est un puissant processus d’activation intérieur, inconscient, beaucoup plus compétent, puissant et créatif. C’est une suggestion ‘déguisée’ qui laisse au sujet la totale liberté de sa propre interprétation et préserve sa créativité. 

Convaincue de l’efficacité de la métaphore dans l’accompagnement, je mets à disposition régulièrement dans cette rubrique des histoires que j’apprécie tout particulièrement. Bonne lecture ! ​​​​​​​

L'histoire de la jarre abimée ...

Nous avons tous des éclats, des blessures, des défauts. Nous sommes tous des jarres abîmées.

Le dessin de la petite fille

Ce conte d'Anne Linden est un de mes préférés ; d'abord car il est très joli et surtout très inspirant. Je suis heureuse de le partager aujourd'hui avec vous.

Inspirons nous de l'aigle

Un porteur d'eau indien avait deux grandes jarres, suspendues aux deux extrémités d'une pièce de bois qui épousait la forme de ses épaules. 
 

L'une des jarres avait un éclat, et, alors que l'autre jarre conservait parfaitement toute son eau de source jusqu'à la maison du maître, l'autre jarre perdait presque la moitié de sa précieuse cargaison en cours de route. 
Cela dura deux ans, pendant lesquels, chaque jour, le porteur d'eau ne livrait qu'une jarre et demie d'eau à chacun de ses voyages. 

Bien sûr, la jarre parfaite était fière d'elle, puisqu'elle parvenait à remplir sa fonction du début à la fin sans faille. Mais la jarre abîmée avait honte de son imperfection et se sentait déprimée parce qu'elle ne parvenait à accomplir que la moitié de ce dont elle était censée être capable. 
 

Au bout de deux ans de ce qu'elle considérait comme un échec permanent, la jarre endommagée s'adressa au porteur d'eau, au moment où celui-ci la remplissait à la source. 

"Je me sens coupable, et je te prie de m'excuser." 
"Pourquoi ?" demanda le porteur d'eau. "De quoi as-tu honte ?" 
"Je n'ai réussi qu'à porter la moitié de ma cargaison d'eau à notre maître, pendant ces deux ans, à cause de cet éclat qui fait fuir l'eau. Par ma faute, tu fais tous ces efforts, et, à la fin, tu ne livres à notre maître que la moitié de l'eau. Tu n'obtiens pas la reconnaissance complète de tes efforts", lui dit la jarre abîmée. 

Le porteur d'eau fut touché par cette confession, et, plein de compassion, répondit : "Pendant que nous retournons à la maison du maître, je veux que tu regardes les fleurs magnifiques qu'il y a au bord du chemin". 
 

Au fur et à mesure de leur montée sur le chemin, au long de la colline, la vieille jarre vit de magnifiques fleurs baignées de soleil sur les bords du chemin, et cela lui mis du baume au cœur. Mais à la fin du parcours, elle se sentait toujours aussi mal parce qu'elle avait encore perdu la moitié de son eau. 

Le porteur d'eau dit à la jarre : "T'es-tu rendu compte qu'il n'y avait de belles fleurs que de ton côté, et presque aucune du côté de la jarre parfaite ?
C'est parce que j'ai toujours su que tu perdais de l'eau, et j'en ai tiré parti.
J'ai planté des semences de fleurs de ton coté du chemin, et, chaque jour, tu les as arrosées tout au long du chemin. 
Pendant 2 ans, j'ai pu grâce à toi cueillir de magnifiques fleurs qui ont décoré la table du maître. Sans toi, jamais je n'aurais pu trouver des fleurs aussi fraîches et gracieuses.
Nous avons tous des éclats, des blessures, des défauts. Nous sommes tous des jarres abîmées."

 

Entrez votre texte ici

Il y a souvent beaucoup à apprendre de la nature ; je vous propose aujourd’hui de vous inspirer de l’aigle.

La corde invisible

Un paysan avec 3 de ses ânes se rendait au marché pour vendre sa récolte. La ville était loin et il lui faudrait plusieurs jours pour l'atteindre. Le premier soir, il s'arrête pour bivouaquer non loin de la maison d'un vieil ermite. Au moment d'attacher son dernier âne, ...

Accepter ce que nous sommes

Il y avait un jour un roi ...

Choisir qui nourrir

C’est l’histoire d’un enfant qui, comme tous les enfants, joue, rêve et se pose beaucoup de questions. Un jour, ...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.

Prendre rendez-vous en ligneDoctolib